Être Procureur de la République : un métier qui n’est pas donné à tous

Un Procureur de la République a pour principale tâche de défendre les intérêts de la société et de faire respecter l’ordre public. Il détient un rôle-clé au sein du ministère de la Justice. Il collabore avec les substituts et les avocats généraux, afin de faire face aux différentes complexités que peuvent présenter certains procès. Il doit étudier les infractions et les plaintes que la police ou la gendarmerie lui ont confiées.

Que fait un Procureur de la République ?

Au regard de la loi en vigueur, il juge les dossiers et décide de la suite qu’il va donner aux procédures, autrement dit, il doit décider s’il va classer le dossier sans suite ou le renvoyer devant un juge d’instruction. Il peut aussi convoquer l’accusé afin d’écouter sa déposition de vive voix ou encore diriger une enquête menée par la police ou la gendarmerie. Selon les cas, il peut présenter l’affaire aux juges durant un procès et procéder à une plaidoirie en réclamant une peine conséquente, toujours dans l’intérêt de la société. Parfois, il est obligé de se déplacer vers le lieu d’un crime ou d’un délit et rencontrer soit la victime soit l’accusé.

De quelles qualités doit faire preuve un Procureur de la République ?

Un Procureur de la République doit détenir une connaissance parfaite des lois et des réglementations en vigueur, ce qui réclame de lui une actualisation constante de ses connaissances. Il doit avoir un grand sens de l’organisation, d’autorité et d’écoute afin de travailler en harmonie avec les substituts et les avocats généraux. Et bien sûr, il doit être un excellent orateur et posséder un sens de l’analyse très pointu ainsi qu’un esprit de synthèse exceptionnel. La passion pour son métier va lui permettre d’effectuer son travail correctement, malgré les nombreuses contraintes.

Est-il encore possible d’évoluer lorsqu’on est Procureur de la République ?

Après avoir réussi le concours de l’Ecole nationale de la magistrature, un magistrat fraîchement diplômé devient substitut du Procureur ou du juge d’instruction. Et c’est seulement après quelques années qu’il peut accéder au poste de Procureur de la République. S’il travaille dans une Cour d’appel ou une Cour de cassation, il porte le titre de Procureur général. Il s’agit en fait du titre le plus élevé auquel pratiquement tout Procureur de la République aspire.

Les formations de haut niveau exigées

Un diplôme de niveau bac+4 en droit pénal, en droit des affaires ou dans toute autre branche du droit, est le minimum qu’il faut posséder pour espérer accéder au poste de Procureur de la République. Après, tous les postulants doivent nécessairement suivre des formations spécialisées au sein de l’Ecole nationale de la magistrature située à Bordeaux. Mais pour intégrer cette école, il faut passer un concours très sélectif et qui ne s’adresse que jusqu’à l’âge de 31 ans. Les fonctionnaires qui ont à leur actif 4 ans de service public peut également prendre part au 2e concours proposé par l’ENM, même sans diplômes.